le vin est il un alcool comme les autres
MEDIAS PRESSE TV

Le vin est il un alcool comme les autres ?

Difficile de se mettre d’accord au sein du gouvernement !

D’un côté, le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume , minimise les méfaits de la consommation de vin par rapport au «binge drinking» et aux alcools forts. De l’autre côté, Agnès Buzyn, la ministre de la santé, persiste à dire que le vin est bel et bien un alcool comme les autres !

et Monsieur Macron boit tous les jours deux verres de vin… sans trouver de mal à cela! Vous savez pourquoi ?

musique de planétarium pour vous mettre dans l’ambiance!

Tout a commencé, il y a 8000 ans, l’arrière, arrière, arrière (…), arrière petit fillot d’Emmanuel, se promenait depuis déjà quelques temps. Il s’arrête et goute ce grain de raisin bien juteux et déjà colonisé par des microbes. Tout de suite, le gout du jus de raisin fermenté lui convient, il regoute et regoute encore et le deuxième effet kiss cool arrive : l’ivresse ! Mais quel est donc ce produit magique? La vie ne sera plus jamais pareille.

Depuis, cette sensation est gravée dans l’ADN de la famille Macron et bien d’autres encore.

Le vin n’est pas né de la dernière pluie :

Dès sa découverte, il y a plusieurs milliers d’années, elle a pris une place particulière dans la civilisation. C’est au Moyen Orient que l’on découvre les premières traces de l’existence de vin et de la vigne, bizarrement c’est aussi dans cette région que l’on découvre le cannabis et l’opium.

A l’époque, on croyait que l’état d’ivresse était le moyen de communiquer avec les puissances supérieures.

En Égypte ancienne

Au début le vin était réservé au pharaon et à ses proches. Avec le nouvel empire (époque de Ramses), la culture du vin et le commerce se développent. Les techniques de vinification s’améliorent, on voit apparaitre le concept géographique du vin (les AOP) et les premières étiquettes. Les vins portent des noms : la vigne de Djoser ou le breuvage d’Horus.

Le vin n’est pas une mince affaire; pour preuve Osiris qui était le dieu de la résurrection (symbole du renouveau et de la vie qui renait) est également le dieu de la vigne.

Pour en savoir, plus sur le vin et l’Égypte : passion egypte

En Grèce antique

En Grèce, l’origine du vin n’est pas due à l’Homme mais bien aux Dieux. En effet selon la mythologie de la Grèce Antique, c’est Dionysos qui donna aux hommes le plaisir de pouvoir boire son nectar, le vin.

Plus récemment :

Dans la bible, Noé est le premier homme à faire mention du vin et l’abus du vin est déconsidéré. Encore aujourd’hui les prêtres boivent “le sang du christ” durant la messe.

Chez les poètes, l’état d’ivresse est banal. Laissons les exprimer leur spleen !

Avec ce passé culturel:

Rabaisser le vin à la hauteur de la bière, du whisky ou autres spiritueux, c’est s’attaquer à l’âme de la France comme dirait Monsieur Macron. Le vin fait partie du patrimoine français depuis des millénaires et est associé à l’art de la table et la gastronomie. Le vin c’est la culture du plaisir et de la convivialité : il procure des sensations en le humant et en le dégustant. Et je citerais ce philosophe célèbre : Gérard Depardieu :”les vignerons sont des artistes”.

Bernard Pivot, dans son livre : le dictionnaire amoureux du vin, parle du rôle social du vin notamment avec le vin d’honneur. Ce vin que l’on offre aux personnes présentes lors de la célébration du mariage, souvent des personnalités locales ou des relations du voisinage, mais qui ne sont pas invitées au repas. Ce vin qui délie les langues en soirée!

Et oui, on l’apprécie de vin, on le chante même : Tastavin a repertorié ces 10 meilleurs chansons sur le vin !

Du point de vue économique :

Le vin est le deuxième secteur d’exportation excédentaire derrière l’aéronautique et devant les parfums. On comprend donc pourquoi Monsieur Macron, commercial des produits français, fait l’éloge de ce doux breuvage.

Pourtant au nom de la santé publique, le vin doit rester au même titre que la bière, les spiritueux, un alcool comme les autres.

Les pro- vin diraient que ce n’est pas le vin qui est dangereux mais la manière dont on le consomme qui l’est ! Comme c’est marrant, c’est le même argument qui est utilisé pour justifier la détention d’arme!

L’alcool provoque 50 000 morts et c’est parce que le vin est plus socialement dans les mœurs que 66 % des personnes qui ont une addiction à l’alcool l’ont au vin.

Monsieur Macron valorise la filière vinicole et alcoolière parce qu’elle fait des profits et mais quand on sait que les excédents sont du surtout à l’excès de consommation, il y a de quoi faire profil bas.

8 % des Français achètent 50% de l’alcool et 20 % des Français achètent 80% de l’alcool.

Et il faut se mettre en tête que l’alcool ingéré, qu’il vienne d’un whisky ou du vin, aura les mêmes conséquences sur la santé. Ce n’est pas parce que le Binge drinking ne concerne pas vraiment le vin et encore moins les crus classés, qu’il faut le considérer comme une boisson moins violente.

Il est maintenant possible de faire des publi -reportages sur le vin et les jolies vignobles de notre pays de quoi faire rêver et oublier que l’alcool reste une “drogue”. Pourtant, le vin reste bien nocif pour la santé et consommez à l’excès provoque entre autres :

  • un effet “manque”
  • la destruction du cerveau
  • une démence précoce
  • deuxième vecteur de cancer
  • la destruction des familles
  • la violence physique

Les viticulteurs ont beau mettre tout leur amour dans leur produit, il n’en reste pas moins qu’il faut continuer à éduquer et à informer le consommateur qu’il peut être toxique lorsqu’il est “sur consommer”.

Les producteurs font également des efforts pour séduire les acheteurs :

  • une jolie couleur “rose pâle” peut laisser à penser qu’il peut s’intégrer dans un régime car il semble léger.
  • Une étiquette moderne “épurée” et une forme de bouteille s’apparentant une bouteille de parfum semble parfait à offrir
  • Ces créations de coffrets “édition limité” laisse à penser qu’il s’agit de bijoux rares.

Bienvenue dans le marketing de luxe…

Saviez vous que le rosé qui n’avait pas du tout la côte au début des années 2000 s’est hissé au deuxième rang de la consommation à partir de 2003 avec la canicule ! Étrange, l’association chaleur et rosé à boire bien frais ou rosé “piscine” a fait son petit chemin dans nos têtes !

Pour conclure et on ne cesse de le répéter, un verre ça va ; deux verres bonjour les dégâts ! (avec modération bien sur)

Sources : France Inter et RTL

Laisser un commentaire